L’ERP SaaS

Qu’on lui donne le nom de Troisième Révolution Industrielle (Jeremy Rifkin) ou de Transition Fulgurante (Pierre Giorgini),
le monde connaît une mutation profonde.
.

L’avènement du  numérique change notre manière de consommer, de voyager, de nous déplacer et permet l’émergence de nouveaux acteurs qui bouleversent les business models traditionnels. Ces nouveaux venus obligent les entreprises à se réinventer pour proposer de nouveaux produits, services et usages à leurs clients qui font ou défont les modes depuis leur smartphone.

La mobilité et l’instantanéité deviennent la norme et obligent les entreprises à revoir profondément leur système d’information et à entreprendre leur transformation numérique.
Le Cloud Computing ou nuage virtuel a, depuis son apparition au début des années 2000, modifié les architectures informatiques de nombreuses organisations à travers le monde et constitue une première réponse aux nouveaux usages.
Cette tendance tend à se généraliser si on en croit l’étude mondiale KPMG qui indique que 86% des décisionnaires IT affirment que le Cloud Computing est l’avenir de l’informatique.

D’ailleurs le Cloud Computing fait apparaître de nouveaux éditeurs qui s’appuient sur les technologies web pour développer des solutions SaaS disponibles dans le Cloud. Après des années d’hésitation, les éditeurs historiques semblent également s’engager dans cette voie.
.

Cloud Computing ? SaaS ? Que désignent ces termes ? En quoi se distinguent-ils ?
.

Qu’est-ce que le Cloud Computing? Qu’est-ce que le SaaS ?

Le Cloud Computing ou “informatique dans le nuage” désigne le fait de stocker ses applications et ses données sur des serveurs distants et d’y accéder par l’intermédiaire d’Internet. Précédemment appelé “hébergement”, le Cloud Computing s’oppose au fait de stocker ses données et ses programmes sur des serveurs installés au sein même de l’entreprise.

Tout terminal devient ainsi un point d’accès aux applications hébergées dans le Cloud : les données sont accessibles facilement en tous lieux, constamment et depuis tout terminal. Cela renvoie notamment au concept ATAWAD (Anytime, Anywhere, AnyDevice) créé par Xavier Dalloz en 2002.

Selon l’U.S. National Institute of Standards and Technology (NIST), il existe trois catégories de services en Cloud Computing : l’IaaS, le PaaS et le SaaS.

Dans le modèle IaaS (Infrastructure as a service), le fournisseur offre à l’entreprise un accès à une infrastructure informatique qui lui est exclusivement réservée (stockage, sauvegarde, accès aux serveurs, connexion au réseau). L’entreprise cliente y installe ses applications, les exécutables, les bases de données et est en charge de l’infogérance.

Dans le cadre du PaaS (Platform as a service), outre l’infrastructure informatique, le fournisseur Cloud fournit la plateforme (système d’exploitation, bases de données…) qui permet au client de développer et d’exploiter ses applications. Il s’agit de plateformes de développement et de test mutualisées dont l’infogérance est sous la responsabilité du fournisseur.

Le SaaS (Software as a Service) est le service le plus abouti : en plus de l’infrastructure informatique (IaaS), le fournisseur développe, met à disposition et maintient les applications pour l’entreprise cliente. En effet, dans ce mode de service Cloud, le client souscrit à un service global. C’est ce qui fait une réelle différence avec les deux précédents services : mises à jour et montées de version des applications sont réalisées par le fournisseur.

Pour résumer et simplifier, le Cloud Computing est le fait d’héberger son infrastructure informatique et ses applications à l’extérieur de l’entreprise auprès d’un fournisseur. Le SaaS constitue le niveau de service Cloud Computing le plus élevé car infrastructure, plateforme d’exécution des applicationset applications sont totalement gérées par le fournisseur.

Le SaaS est donc un service du Cloud Computing.

Par extension, les termes “applications SaaS” ou “ERP SaaS”sont apparus, embrouillant si ce n’était déjà fait les entreprises voulant mener un projet de changement de leurs logiciels ou ERP.

De l’anglais “Enterprise Ressource Planning” (ou PGI “Progiciel de Gestion Intégré”), un ERP désigne une solution de gestion permettant aux entreprises de couvrir l’ensemble de leurs besoins fonctionnels et de pilotage au sein d’une même application.

Les données sont gérées de manière centralisée dans une base de données unique : les informations sont stockées en temps réel et sans rupture de flux ce qui permet d’obtenir une vision 360° de l’ensemble des flux (achats, ventes, stocks, production, comptabilité…).

Les fonctionnalités standards des ERP varient en fonction des éditeurs toutefois elles couvrent généralement les besoins de gestion commerciale, de CRM, de gestion de production, de comptabilité voire même pour certains ERP les fonctionnalités de paie et de ressources humaines. Vous l’aurez compris, par extension l’ERP SaaS est le fait pour un éditeur ERP de proposer à ses clients un service de Cloud Computing le plus abouti. Il comprend l’accès à l’infrastructure informatique qui permet l’exécution de son ERP auquel le client se connecte depuis un navigateur web.

Découvrez également nos guides ERP gestion commerciale et ERP E-commerce !

Information importante : l’ERP SaaS est nativement développé en langage web afin d’être optimisé pour être délivré sur Internet. Il est maintenu par l’éditeur qui gère les montées de version et les mises à jour.

Vous souhaitez découvrir Archipelia, notre ERP 100% web ?

Qu’est-ce qu’un ERP Cloud ?  Points communs et différences avec l’ERP SaaS ?

La tâche de différencier ERP Cloud et ERP SaaS est difficile tant ils sont utilisés indifféremment  dans les blogs, articles de presse spécialisée IT ou dans les communications des éditeurs eux-mêmes, laissant penser aux lecteurs, souvent peu avertis, qu’il s’agit de la même chose. Les éditeurs historiques sont en grande partie responsables de l’apparition et du maintien de cette ambiguïté : bon nombre d’entre eux communiquent aujourd’hui sur des « applications SaaS » sans qu’elles le soient réellement.

L’ERP Cloud est le fait pour un éditeur ERP de proposer à ses clients un service de Cloud Computing comprenant l’infrastructure informatique et l’accès à son ERP.
Information importante : l’ERP Cloud est accessible via Internet car une couche HTML est adjointe au noyau technique de l’ERP. En effet, l’ERP Cloud est initialement développé et prévu pour une architecture client/serveur, c’est à dire installé sur des serveurs dans l’entreprise cliente.

L’ERP SaaS et l’ERP Cloud ont donc en commun d’être hébergés à l’extérieur de l’entreprise et de donner accès aux données de l’ERP depuis l’extérieur ce qui répond aux besoins de mobilité des salariés.

Toutefois d’un point de vue technique, la structure, les composants et le langage de programmation des ERP SaaS et Cloud sont nettement distincts : l’ERP SaaS est nativement développé en langage web et optimisé pour être utilisé sur internet, alors que l’ERP Cloud est à l’origine développé pour être utilisé en local.
Il est fréquent que les performances, la vitesse de traitements et la rapidité de navigation entre un ERP Cloud et un ERP SaaS ne soient pas équivalentes notamment lorsque les connexions internet sont dégradées.

Autre différence entre l’ERP Cloud et l’ERP SaaS : la mise à jour en multi-tenant.
Pour rappel, dans le cadre d’un ERP mis à disposition en mode SaaS dans le Cloud Computing, c’est l’éditeur qui prend en charge les montées de version et de mises à jour. L’ensemble des clients d’un ERP SaaS est donc sur la dernière version publiée par l’éditeur et bénéficie constamment des nouveautés disponibles via les mises à jour.
A l’inverse, les entreprises ayant accès à un ERP Cloud ont accès à la version installée au moment de la mise en oeuvre de leur solution. Leur contrat/abonnement intègre certes le fait de pouvoir recevoir des mises à jour mais celles-ci ne pourront être implémentées qu’en passant par des prestations de migration technique non comprises dans le cadre de leur contrat.

Vous gérez une industrie ? Nous vous expliquons en détail l’ERP Industrie ici !

ERP SaaS pour PME : quels bénéfices ?

En premier lieu, les bénéfices à s’équiper d’un ERP SaaS tiennent de manière intrinsèque aux bénéfices de l’ERP qu’il soit SaaS ou non.

L’ERP fournit à l’entreprise une vision globale de ses principaux flux. De plus, l’activité quotidienne de ses salariés est facilitée car les échanges d’informations entre les différents services se font de manière automatique et en temps réel.
Toutefois, attention aux excès ! La tendance des années 90 et 2000 poussait les entreprises à vouloir que l’ERP gère tous leurs flux selon leurs spécificités internes ce qui les éloignait du standard et multipliait les spécifiques. Il faut avoir conscience que maintenir des développements est compliqué et onéreux et retarde souvent les montées de version : cela rend l’ERP obsolète et peu agile.

Si nous revenons au modèle SaaS, les bénéfices  sont multiples pour l’entreprise.

Le plus évident et le plus souvent recherché par les utilisateurs des ERP est sans conteste la mobilité : toutes les données sont accessibles partout et instantanément.
Ensuite en confiant l’infogérance de l’ensemble de leur système d’information (matériel, système d’exploitation et ERP), les entreprises sécurisent leurs données car le niveau de sécurité et de services proposés par les fournisseurs SaaS est de très loin supérieur à ce que les entreprises investissent sur leur architecture lorsqu’elle est gérée en interne.
Ainsi les entreprises gagnent en sérénité, sans compter qu’elles peuvent se concentrer sur leur métier.

Se concentrer sur son métier est d’autant plus important pour l’entreprise en croissance, notamment quand elle doit ouvrir de nouveaux sites en France ou à l’étranger ou quand elle doit faire face à un accroissement temporaire de son activité.

Si vous êtes dans le secteur alimentaire, découvrez notre explication détaillée de l’ERP Agroalimentaire !

Cette montée en charge est facilitée par l’absence d’infrastructure technique et matérielle à installer ou à configurer. De même si l’accroissement d’activité se traduit par l’arrivée de nouveaux utilisateurs : aucune installation sur les postes ou serveurs n’est requise.

Par ailleurs, l’acquisition de ces nouveaux utilisateurs auprès de l’éditeur de l’ERP SaaS sera facilitée car la souscription à ce service s’effectue via un abonnement qui est dimensionné à l’usage. Cela permet donc de lisser la charge et de mieux la maîtriser.

Il est également intéressant de savoir que l’offre de type SaaS procure un avantage fiscal : les coûts d’investissements (CAPEX) sont remplacés par des charges d’exploitation (OPEX).

Autre bénéfice : la mise à jour multi-tenant. Cette caractéristique de l’ERP SaaS est essentielle pour l’agilité et l’évolutivité de l’entreprise.
Cette dernière profite constamment des innovations apportées par l’éditeur. Elle dispose d’un environnement technologiquement et fonctionnellement innovant. Contrairement au modèle traditionnel Client/Serveur ou aux applications Cloud, l’ERP SaaS n’est pas figé dans une version devenue obsolète dès son installation tant les évolutions en informatique sont rapides.
Sans compter que l’entreprise fera l’économie des prestations de montée de version pouvant représenter plusieurs dizaines de milliers d’euros tous les 3 à 5 ans et qui de surcroît interdisent l’utilisation de l’application pendant plusieurs heures voire plusieurs jours.

Enfin l’intérêt non négligeable pour l’entreprise qui utilise un ERP SaaS est de pouvoir compléter le fonctionnel de son outil avec une multitude d’applications web verticalisée sayant vu le jour ces dix dernières années. L’évolutivité de l’ERP SaaS est ainsi sans limite grâce à sa technologie web native qui lui permet d’interagir facilement avec d’autres solutions SaaS métiers spécialisées (WMS, GED, CRM, SIRH, messagerie…). Ces solutions 100% web connaissent d’ailleurs une croissance  importante comme le confirme le Baromètre du Club Décision DSI, qui indique que près de 9 DSI français sur 10 utilisent au moins une application SaaS.

Vous l’aurez compris, les avantages sont multiples pour la société qui s’équipe d’un ERP SaaS :

  • Gestion de son infrastructure informatique externalisée,
  • Mise en sécurité des données sur des infrastructures hautement sécurisées
  • Economies
  • Accès à des fonctionnalités avancées
  • Tarification attractive et flexible
  • Evolutivité grâce à l’interconnexion aux applications web verticalisées
  • Mise à jour en temps réel, montée en charge facile
  • Mobilité voire même mobiquité (mot inventé par Xavier Dalloz qui contracte les mots de mobilité et ubiquité)

L’ERP SaaS assure donc l’agilité et l’évolutivité du système d’information des entreprises, faisant de ce dernier un vecteur de croissance et une source de valeur pour les sociétés innovantes.

ERP SaaS VS ERP Cloud : quelle différence ?

Combien coûte l’ERP SaaS ?

Définir les tarifs pratiqués sur le marché des ERP SaaS est une tâche délicate car le marché ne concentre aujourd’hui qu’un faible nombre d’éditeurs dont les ERP sont réellement SaaS. Il semble néanmoins qu’il y ait une tendance qui se détache : les ERP SaaS sont commercialisés via un abonnement qui dépend généralement du nombre d’utilisateurs et du périmètre fonctionnel à déployer lorsque celui-ci est modulaire.

A l’abonnement, il faut ajouter des prestations d’intégration (reprise des données, paramétrage des modules, formations, interfaces…). Selon Celge, comparateur de solutions de gestion en ligne, le prix moyen d’un abonnement ERP SaaS par mois se situe entre 60€ et 140€ par utilisateur nommé.

Pour citer quelques exemples, Netsuite, racheté dans le courant de l’été 2016 par Oracle, propose un tarif plancher de 499$ pour sa version NetSuiteOneWorld. L’éditeur historique Sage qui après avoir proposé ses solutions historiques dans le Cloud, se tourne lui aussi vers le SaaS et édite depuis peu  deux nouvelles solutions : Sage OneetSage Live.Cette dernière construite sur la plateforme Salesforce, acteur historique SaaS pour le CRM, est une solution de  Comptabilité dont le prix est fixé à 25€HT par user/mois pour ce module, seul module de la gamme à ce jour. Quant à Cegid, le  tarif pour Y2 peut s’envoler à 300€, suivant les fonctionnalités à déployer.

Découvrez également notre guide ERP comptable pour plus de détails sur la gestion des comptes d’une entreprise via un ERP

Archipelia, ERP pour les PME que nous éditons depuis 12 ans, est une solution SaaS développée nativement en web pour les entreprises du négoce, de l’industrie, de l’e-commerce et du retail. Le tarif varie entre 100 et 150€HT par mois par user nommé pour l’accès de la brique ERP qui comprend les fonctionnalités de gestion commerciale (achats dont grand import, ventes et stocks), de GPAO, de CRM et de Comptabilité. Workflow, GED, connecteur e-commerce Prestashop et Magento complètent la brique ERP.

Deux outils sont aussi connectés en temps réel au socle :

– POSia : caisse tactile et mobile pour gérer les points de vente

– TCBia : application de Terminal Code Barre pour tous périphériques pour la gestion des stocks (réception, picking, inventaire…)

Pour répondre aux besoins métiers des entreprises, la brique ERP est enrichie d’applications internet qui garantissent l’adaptation du système d’information aux nouveaux besoins métiers des entreprises, tout en gérant les données de manière unifiée, centralisée et sans rupture de flux. Les domaines fonctionnels de ces applications sont variés : EDI, Business Intelligence, WMS, Gestion de tournées, SAV, moteur de recommandation, GMAO, gestion des expéditions, PLM, datamining, BPM…

L’étude récente de IDC, acteur de la Recherche et du Conseil sur les marchés des Technologies de l’Information, et des Télécommunications, chiffre la croissance annuelle moyenne des ERP SaaS en France à 14,7% sur la période 2016-2020.

Après bien des hésitations, les éditeurs historiques ne s’y sont pas trompés à l’image d’Oracle qui a acheté en 2016 Netsuite pour 9,3 Md$, ou l’éditeur Sage qui édite deux nouveaux outils SaaS qu’il dirige apparemment plutôt aux nouveaux clients. Leurs hésitations sont à la hauteur de l’enjeu. En effet, le modèle SaaS impose un changement radical de business model (on-premise vs abonnement) qui peut déstabiliser voire affaiblir l’éditeur mais également l’ensemble de l’écosystème dont les intégrateurs des solutions historiques.

D’ailleurs, quel est l’avenir des solutions historiques ? La coexistence de ces deux philosophies et technologies est-elle encore longtemps possible économiquement parlant ? Les solutions historiques continueront-elles à être maintenues par l’éditeur ? Ou est-ce que les Clients seront invités à migrer vers les nouvelles solutions SaaS ? Et si c’est le cas, à quel horizon et à quel coût ? La transformation numérique touche toutes les entreprises à commencer par les acteurs du numérique…